Comprendre l’éjaculation précoce


Par Carine F.

“Dans une relation de couple, la dimension sexuelle occupe une part importante. Les problèmes qui touchent donc à l’intimité révèlent toujours un sentiment de gêne et de tabou. C’est le cas de l’éjaculation précoce.”


page accueil bien faire l'amour
articles bien faire l'amour à une femme
formations en vidéo bien faire l'amour à une femme
contact  site bien faire l'amour
Comprendre l'éjaculation précoce


Dans une relation de couple, la dimension sexuelle occupe une part importante. Au delà de l’aspect plaisir, elle permet la consolidation des liens nécessaires dans la construction et la solidification des bases d’une vie à deux. Les problèmes qui touchent donc à l’intimité révèlent toujours un sentiment de gêne et de tabou. C’est le cas de l’éjaculation précoce qui est un trouble sexuel de plus en plus fréquent qui paralyse l’harmonie et l’activité intime de toutes les personnes en proie à ce dysfonctionnement. Elle peut entrainer l’homme dans un cercle vicieux du fait de vouloir démontrer à sa partenaire ses compétences sexuelles à se mettre une pression psychologique énorme.

L’éjaculation précoce…un tabou.


L’éjaculation précoce se présente comme un problème réel et actuel de la vie sexuelle des hommes puisqu’elle en touche 1 sur 3. Tout comme le sexe et tout ce qui s’y rapporte, ce trouble sexuel reste tabou et subi l’effet des préjugées et idées reçues. Contrairement à la femme qui peut avoir de nombreux orgasmes au cours d’un même rapport sexuel, l’homme ne peut éjaculer qu’une seule fois. D’où la nécessité pour lui de contrôler et de maitriser son orgasme afin de maximiser et de profiter de son plaisir.

Définition. De manière générale une éjaculation est qualifiée de précoce ou de prématurée lorsque l’homme éjacule rapidement et cela indépendamment de la volonté de l’un ou de l’autre des partenaires. Elle ne nécessite pas forcément une pénétration et peut se manifester à la suite d’une excitation forte et d’un manque de contrôle de la part de l’homme. De façon spécifique, cette définition est incomplète car il n’existe aucune loi, aucune norme quant à la détermination du temps idéal de l’éjaculation. C’est au couple seul d’en juger selon les circonstances et le rythme qui lui sied. L’homme qui ne souffre pas d’éjaculation précoce est capable de retarder et de choisir le moment qui lui convient pour vivre son orgasme.

Symptômes. L’éjaculation précoce est un disfonctionnement qui est la résultante de nombreux facteurs dont le choc émotionnel ou encore des maladies comme le diabète, l’hypertension, les AVC… Il peut s’agir d’une situation qui survient de temps en temps, de façon constante ou même continue. Cette tendance à éjaculer trop vite qui certes peut être a la fois décevante pour la femme et surtout profondément gênante pour l’homme, crée pour ce dernier une grande souffrance. Surviennent alors de lourdes conséquences psychologiques pour l’individu dus au stress, à l’anxiété ou même la dépression ainsi qu’un déséquilibre au niveau de sa vie de couple. Il est important d’instaurer le dialogue au sein de la relation pour éviter de s’enfermer dans les incompréhensions et le silence du fait de la gêne. Par ailleurs, en parler à un spécialiste peut être une autre alternative.

Les types d’éjaculation précoce


L’éjaculation précoce est une dysfonction sexuelle propre à la gente masculine. La maitriser ou la prévenir passe le plus souvent par la connaissance de son corps et de ses réactions mais surtout avec le temps et les expériences sexuelles. Il existe deux sortes d’éjaculation précoce: l’éjaculation primaire et celle secondaire. Avec des niveaux de gravité variant entre le moins important au plus dangereux.

L’éjaculation précoce primaire.


Ce type de dysfonctionnement est un trouble sexuel qui est présent depuis les premières relations sexuelles et apparait de façon incontrôlée et involontaire. L’homme qui en est la victime n’a jamais connu de rapports convenables avec sa partenaire. Elle prend généralement naissance à l’adolescence et persiste dans la vie sexuelle de l’individu si rien n’est fait.

L’éjaculation précoce secondaire.


Elle survient brusquement et de façon inopinée pour diverses raisons alors que le sujet n’avait jamais connu cette situation et maitrisait parfaitement ses éjaculations. Elle est le plus souvent due à des facteurs extérieurs comme le stress, la fatigue, la nervosité face à une nouvelle conquête, des soucis professionnels ou personnels… Avec une aide adéquate, le problème est très vite maitrisé.

Par ailleurs, le danger de ce trouble sexuel réside dans le fait qu’il se développe rapidement et s’aggrave au fur et à mesure que le temps passe. On relève quatre niveaux d’éjaculation précoce et classés du moins grave au plus inquiétant. Les deux premiers correspondant au type secondaires et les deux derniers au type primaire.

Niveau 1 : le trouble arrive de façon occasionnelle car l’homme est sujet à un choc émotionnel, au stress dû aux responsabilités, aux soucis quotidiens ou à une longue période d’abstinence sexuelle. Le rapport sexuel dure de 5 à 10mn.

Niveau 2 : ici, l’acte dure quelques minutes et le mal devenant chronique se manifeste à chaque relation sexuelle. L’homme devra se doter d’une aide médicale pour se sortir de cette situation.

Niveau 3 : à ce stade, l’homme a véritablement du mal à maitriser son corps. Le stress et l’anxiété ont raison de lui et commencent à l’affecter sérieusement au niveau de son psychisme.

Niveau 4 : le mal devient un trouble qui se produit à chaque rapport et ceci le plus souvent avant la pénétration. Il se caractérise par le repli sur soi, la peur de l’intimité et dévalorisation systématique et permanente avec effets immédiats sur sa vie.

Causes de l’éjaculation précoce


L’éjaculation précoce ne saurait en aucun cas être considérée comme une maladie. Il s’agit simplement d’un dysfonctionnement voire d’un trouble sexuel. La gêne vient de son incapacité à contrôler et à décider du moment de son éjaculation. Ce qui peut entrainer des malentendus mais aussi un déséquilibre dans la vie intime du couple. Les causes liées à l’éjaculation précoce sont multiples et variées.

Les troubles psychologiques


Les troubles sexuels bien que plus évoqués chez l’homme sont aussi fréquents chez la femme. L’ejaculation précoce qui est l’un des dysfonctionnements les plus préoccupants trouve principalement ses origines dans les problèmes psychologiques.

Le stress. Il joue sur le système nerveux et perturbe ainsi l’éjaculation de l’homme en l’accélérant. Le stress peut être dû à des soucis professionnels ou personnels notamment la fatigue, la déprime, des problèmes de santé… Tous ces éléments sont les ennemies de la sexualité et entrainent des conséquences sur la libido de l’homme.

Le manque d’expérience et l’appréhension. L’homme peut être dans cet état lors d’un premier rapport sexuel ou face à une conquête tant désirée ou qui l’intimide. Il a alors du mal à maitriser son excitation et par conséquent son éjaculation.

La remise en question de ses capacités et la perception du sexe. Le sexe est une question de confiance en soi et malheureusement, beaucoup d’hommes doutent de leurs capacités. Ce qui a des répercussions sur leurs performances. Par ailleurs, le sexe est considéré par certaines personnes de par leur religion ou leur éducation comme une abomination ou juste comme un moyen de reproduction.

Un choc ou une blessure émotionnelle. Il peut s’agir des tensions ou disputes conjugales, des décès mais aussi d’une rupture.

Des rapports sexuels irréguliers. Le manque de constance dans l’activité sexuelle entraine une surcharge d’énergie sexuelle qui s’accumule et explose au moment de l’acte.

Les dysfonctionnements physiques


Les causes liées à l’éjaculation précoce n’ont pas que des origines psychologiques. Il peut être également question de dysfonctionnements en rapport avec l’âge, des déséquilibres hormonaux ou de graves soucis de santé qui requièrent l’avis et parfois le suivi d’une personne experte en la matière.

Le déséquilibre hormonal. Les hormones sont des substances présentes dans le corps qui influencent la sexualité et sont dépendantes les unes des autres. La testostérone, la prolactine et la thyroïde influencent le désir sexuel et leur variation dans le sang a d’importantes répercussions sur la libido. Mais aussi entrainer de nombreux troubles sexuels et même des maladies graves comme l’hypertension artérielle, l’insuffisance rénale, l’insuffisance hépatique…

Les maladies. Toute activité sexuelle et toute érection convenable nécessitent un afflux de sang au niveau du sexe de l’homme. Pour cela, il est impératif d’avoir une bonne circulation sanguine, des vaisseaux et artères en pleine forme. Nombre sont ceux qui sont touchés par des maladies cardiovasculaires ayant de graves effets sur leur vie intime à savoir : la prostatite, l’urétrite, le diabète, l’artériosclérose, l’hypertension, les AVC… l’infarctus et même les maladies neurologiques.

L’âge. S’il est vrai que l’âge en lui-même n’est pas un facteur marquant de l’éjaculation précoce, il en est tout de même un des déclencheurs. A cause notamment du vieillissement des cellules et de la fatigue. Ainsi avec le temps, le corps de l’homme perd peu à peu la maitriser et le control de son corps et il devient plus difficile pour lui de se contenir. Cependant, le manque d’exercice n’est pas à négliger.

Les causes comportementales


L’éjaculation précoce ne résulte pas uniquement du psychisme et des maladies. Certains gestes et habitudes quotidiennes considérées comme « normaux » et exécutés de manière anodine sont très dangereuses pour la santé. Il s’agit notamment d’une part de la masturbation chronique. La masturbation lorsqu’elle devient chronique influence le psychisme et pose les bases de relations sexuelles futures difficiles et compliquées. D’autres part la consommation excessive de drogue, d’alcool et de tabac détruit les cellules et intoxique le sang qui aura du mal à s’irriguer normalement lors de l’excitation. Par ailleurs, certains médicaments tels les alpha-bloquants, les antidépresseurs et même les médicaments contre certains troubles sexuels peuvent causer des dommages irrémédiables.

Les conséquences de l’éjaculation précoce


L’éjaculation précoce est par définition un problème plus masculin que féminin. Cependant, les femmes aussi sont concernées par le problème du fait que ce dysfonctionnement engendre des conséquences significatives au sein du couple. Être privé d’une vie sexuelle équilibrée et épanouie entraîne un sentiment de frustration des deux cotés. Si rien n’est fait au fil du temps, cela pourrait déboucher sur une inévitable rupture.

Pour l’homme : la dimension puissance, domination et démonstration est très forte. A cet effet, lorsqu’un homme ne parvient pas à satisfaire sa partenaire, il est frustré, blessé dans son estime et sa virilité et il a honte. c’est un sentiment que les hommes ont du mal à gérer et qui les affectent profondément. cela peut aller même aller jusqu’à avoir des répercussions sur sa vie intime, le plan professionnel…

Pour la femme : se lancer dans un acte sexuel et être obligé de faire taire ses passions est toujours quelque chose de très frustrant. A l’inverse de l’homme qui a honte, la femme elle se sent plutôt coupable et préfère parfois se taire au risque d’empirer les choses. D’où la nécessaire obligation d’instaurer le plus tôt possible le dialogue qui est le socle de toute relation pérenne et équilibrée.

Quelques solutions…


L’éjaculation précoce est un problème de plus en plus récurrent qui touche une large couche de la population mondiale. Ces hommes sont en proie à une peur de l’intimité et à un sentiment de frustration qui peuvent se résorber grâce à de nombreuses solutions. Le dialogue, les exercices masturbatoires et les solutions médicamenteuses.

Le dialogue. Tous les thérapeutes et les spécialistes des questions conjugales vous le diront : la communication c’est la clé. C’est le premier médicament de tout problème dans une relation quelle qu’elle soit. Discuter avec votre partenaire autant des sujets drôles que ceux qui requièrent de la délicatesse. Parler de ses envies, de ses fantasmes, tester de nouvelles choses afin de découvrir de nouvelles zones érogènes permet de se faire confiance et de dissiper les tensions. En outre, cela vous permettra de mettre à nu vos blocages et vos angoisses de façon à pouvoir gérer sans gêne les situations inconfortables qui se poseront.

Les exercices de contrôle de l’éjaculation. Il s’agit ici de différentes techniques développées par les médecins et spécialistes de la sexualité masculine. Ce sont des caresses de tout le corps dans le but éveiller tous ses sens, les séances d’hypno thérapies pour prendre confiance en soi et des entrainements masturbatoires dans le but d’obliger le corps à suivre l’esprit. Par ailleurs il sera conseille de multiplier les relations avec sa partenaires car c’est dans la répétition et la pratique régulière que l’homme saura dompter et maitriser son corps.

Les médicaments. Il existe de nombreux médicaments dans le traitement des troubles sexuels. A prendre en général avant les rapports sexuels, certains sont des comprimés comme le Viagra, le Cialis déconseillés aux personnes atteintes de problèmes cardiaques. Mais aussi des injections intra-caverneuses, des gels cutanés pour lutter contre la baisse de la testostérone ou des gels urétraux. Cependant la prise de ces médicaments doit se faire impérativement sous le contrôle d’un médecin afin d’éviter tous risques d’effets secondaires comme les vertiges, les troubles visuels… et même le priapisme dont les effets sont dévastateurs.