Le Cunnilingus et la Santé


Par Carine F.

“Très populaires dans la société moderne, les caresses buccales ont conquis hommes comme femmes. Toutefois, le cunnilingus peut-il avoir des effets sur la santé ?”


page accueil bien faire l'amour
articles bien faire l'amour à une femme
formations en vidéo bien faire l'amour à une femme
contact  site bien faire l'amour
Le cunnilingus et la santé


Depuis la nuit des temps, l’homme expérimente différentes techniques et positions sexuelles. Que ce soit pour se reproduire, partager des moments d’intenses plaisirs ou « prendre son pied » tout simplement, tout le monde y va de ses motivations personnelles. Très populaires dans la société moderne, les caresses buccales ont conquis hommes comme femmes. Très prisées des femmes, ces caresses buccales, notamment le cunnilingus, leur permettent très facilement d’avoir un orgasme, d’avoir du plaisir. Toutefois, à la suite de certaines accusations de la part de célébrités malades, expliquant que la pratique du cunnilingus était à l’origine de leur maladie, on peut se demander si cette caresse buccale peut réellement avoir un effet négatif sur la santé pour la personne qui le pratique, tout du moins.

Qu’est-ce que le Cunnilingus ?


Le cunnilingus est une caresse buccale prodiguée sur le clitoris, les lèvres du sexe de la femme ainsi que les zones érogènes situées alentour afin de procurer des sensations agréables et même, de lui faire atteindre l’orgasme. Une compréhension différente de celle des hommes de la rue et des profanes. Encore appelé « broute-minou », le cunnilingus est un excellent préliminaire car il permet de susciter un plaisir très intense chez la femme. Cette caresse buccale se concentre sur toute la vulve, le clitoris, l’entrée du vagin et toutes les zones érogènes de l’appareil génital féminin. En pratiquant le cunnilingus le partenaire s’assure de prodiguer un grand plaisir. En effet, le cunnilingus :

Est une caresse buccale sexuelle très intense et très intime.

Elle se pratique sur les zones érogènes du sexe féminin.

Le rythme et la pression varient selon les femmes.

Bien que certains hommes soient encore réticents ou peu habitués à pratiquer le cunnilingus sur leurs partenaires, il n’existe pas de meilleure technique pour faire monter ces dernières au septième ciel. Il faut savoir user de délicatesse, user de tous ces sens pour ressentir et observer les réactions, les vibrations du corps de la partenaire, en la humant, en la goutant, en la suçant et recueillant son nectar offert. De nombreuses femmes confient qu’elles aiment beaucoup le cunnilingus. Durant cet acte où l’homme se délecte de caresser avec la langue tout en douceur la partie intérieure de leurs cuisses, elles vivent avec émoi de nombreuses sensations plaisantes, un plaisir unique ! Quand l’homme glisse sa bouche sur les lèvres, joue tour à tour avec sa langue, ses dents, son menton et même son nez afin de faire tressaillir l’épiderme, la femme perd tout contrôle et peut se délecter dans un plaisir inouï.

De toute évidence, le cunnilingus procure à la femme un plaisir immense, mais contrairement à ce que l’on pourrait croire, l’homme n’est pas en reste durant cette caresse buccale. En effet, cette caresse apporte une grande satisfaction à l’homme, notamment lorsque la femme est en plein extase et que son corps vibre, se cabre de plaisir. Cet acte sexuel augmente également l’appétit sexuel de l’homme, lui permet d’être excité à son comble avant le coït final. En outre, l’un des grands intérêts du cunnilingus, aussi bien pour l’homme que pour la femme, c’est qu’il est possible de le pratiquer dans divers endroits, n’importe où, n’importe quand. Dans ce cas, la gâterie qu’est le cunnilingus sera pratiquée selon les envies des deux partenaires et de leurs audaces, dans des lieux plus ou moins inédits. Du coup, toute une large gamme de lieux au choix est possible : l’intérieur de la voiture, sous le bureau, la cabine d’essayage, etc.

Pourquoi pratiquer le cunnilingus ?


La pratique du cunnilingus est une grande preuve d’intérêt pour le plaisir de la femme, voire une preuve de respect envers la femme, car on se soucie de son plaisir. Mais assurément, c’est l’expression la plus visible et marquante de l’amour qu’on ressent à l’endroit d’une femme. C’est une expérience de la complicité entre deux partenaires, un témoignage de leur intimité. De plus, le fait que le cunnilingus soit compris en général dans les préliminaires, est très bénéfique pour l’homme comme pour la femme. De toute évidence, c’est grâce aux attouchements sensuels, aux baisers, léchages et suçons de l’organe génital de sa partenaire que l’homme réussit à mettre sa partenaire en condition pour l’étape de la pénétration… bien que la pénétration finale ne soit pas obligatoire. Il est aussi observé que le cunnilingus favorise plus rapidement l’atteinte du coït chez la femme que toutes les autres positions standards. Pendant que la femme connaît un immense plaisir, cet acte érotique excite de même l’homme et surtout, lui procure la satisfaction de donner du plaisir à sa conjointe.

À cet effet, certains hommes confient qu’ils adorent faire un cunnilingus à leur partenaire. En plus que cet acte leur soit plus agréable qu’une bonne vielle fellation, certains hommes aiment le cunnilingus qui leur permet de maîtriser toute l’intimité de leur partenaire, de l’explorer avec la langue, et les lèvres, le vagin jusqu’à l’anus. Cette exploration érotique leur permet également de procurer plusieurs orgasmes à leur partenaire. Pour beaucoup d’hommes en tout cas, « brouter » le minou, la chatte ou le vagin de leur partenaire, est l’un des meilleurs moments des préliminaires. Impossible pour les femmes de rester indifférentes durant cet acte très érotique qui les surprend toujours et leur fait vivre des sensations inédites, leur donne l’impression de redécouvrir leur corps même quand elles le connaissent relativement bien. Si lors des rapports sexuels classiques, la femme peut avoir un certain contrôle, durant le cunnilingus tout est différent, elle ne contrôle plus rien, tout lui échappe. Tout son corps ne cesse de trembloter d’émotions douces et agréables jusqu’à l’atteinte de la phase finale : l’orgasme. Pour beaucoup de femmes, les orgasmes du cunnilingus sont bien plus intenses que tous les autres. À cela, s’ajoutent de nombreux bénéfices au cunnilingus :

Il permet de procurer les sensations de plaisir clitoridien à travers les milliers de récepteurs de plaisir qui s’y trouvent.

Il favorise d’autres rapports sexuels.

Il cimente la vie de couple.

Il réduit le stress et combat les maladies y relatives.

Cependant, d’après les rumeurs, cet acte sexuel présenterait quelques dangers pour la santé de ceux qui le pratiquent.

Le Cunnilingus, potentiel danger pour la santé ?


D’après certains experts, le cunnilingus pourrait être l’un des éléments à l’origine du cancer de la gorge, dont la cause serait un virus connu sous le nom de papillomavirus (HPV). Une étude de l’association américaine pour la promotion de la science (AAAS) a révélé qu’entre 1974 et 2007, les cancers de la gorge et de la bouche auraient évolué significativement de 225% en grande majorité chez les personnes qui entretiennent des rapports buccogénitaux. Toutefois, même si les statistiques révèlent que l’infection du virus est la cause de 99 % des cancers du col de l’utérus, la science démontre que c’est très rare que cette infection engendre un cancer oropharyngé. De plus, les personnes fidèles n’auraient rien à craindre. Les plus exposées seraient les personnes qui multiplient des rapports bucco-génitaux avec plusieurs partenaires différents. Avec plus de six partenaires au cours de leur vie, ces derniers multiplient par huit le risque pour eux d’avoir un cancer de la bouche ou de la gorge. Ces derniers s’exposeraient aussi aux Infections Sexuellement Transmissibles (IST) telles que la blennorragie, la gonorrhée, la syphilis, la chlamydia et l’herpès. Sans oublier qu’ils peuvent contracter la lymphogranulomatose vénérienne (LGV) et les hépatites A ou bien B.

Pourtant, dans la majorité des cas, on peut traiter ces infections, mais quelques exceptions demeurent. L’herpès par exemple, est une infection dont on ne peut que réduire les symptômes sans toutefois la guérir complètement. En revanche, on ne peut pas contracter le SIDA à moins que ce ne soit pendant la période des règles et encore, il faudrait que la partenaire soit porteuse du virus du VIH et que l’homme ait certaines muqueuses irritées ou blessées. À vrai dire, de tous les potentiels dangers auxquels on pourrait s’exposer en pratiquant le cunnilingus, le fait de contracter le virus du VIH est le plus improbable et rare.

Certaines personnes éprouvent des appréhensions par rapport au cunnilingus. Cette peur est aussi bien partagée chez les hommes que chez les femmes. Du côté des hommes, certains voient en cette position et tout ce qu’elle comporte un gros tabou. D’autres en revanche, éprouvent une certaine honte et souvent même, un dégoût rien qu’à l’idée de mettre leur tête entre les jambes de leur partenaire. Influencés par des facteurs socio-culturels, ils ont à l’esprit que les organes génitaux sont foncièrement impurs ou sales. Du côté de la femme, certaines font montre d’une grande réticence vis-à-vis de cet acte sexuel. Pareil posture est souvent due à une éducation culturelle particulière (religieuse par exemple), une expérience personnelle assez désagréable, voir traumatisante ou tout simplement par un dégoût de soi, de l’appareil génital féminin.

Partenaires, Cunnilingus et Prévention


Par ailleurs, on doit souligner que s’il existe une différence fondamentalement entre l’homme et la femme relativement à la sexualité, c’est surement au niveau de la perception que chacun développe sur le cunnilingus. Dans la majorité des cas, chez l’homme, ça ne représente qu’une caresse dont le but est de donner du plaisir à sa partenaire, en vue de maximiser son plaisir dans l’étape de la pénétration et ainsi assouvir son instinct de domination. Conséquemment, lorsqu’un homme est dans une telle approche, il est fort difficile pour lui d’apprécier le cunnilingus. Tandis que pour les femmes, la conception de cet acte sexuel diffère totalement. L’intérêt est beaucoup plus porté sur des points tels que de la technique ainsi que les émotions. Il est important pour elles d’avoir envie que le temps s’annule et que tout se transforme en moments intimes d’émotions sensuelles avec des parfums de complicité passionnelle.

Quel que soit le cas, à défaut de la fidélité et de l’abstinence, il existe des moyens pour réduire les risques de se faire transmettre une infection au cours d’un cunnilingus. En effet, la science a mis sur pied des mesures pour prévenir et protéger contre les potentiels dangers que pourraient engendrer les rapports buccaux génitaux à l’instar du cunnilingus. À cet effet, des avancées médicinales comme la vaccination sont à la portée de tous au même titre que les pratiquants peuvent utiliser des moyens tels que la digue dentaire. Ces méthodes ont fait leurs preuves. Par exemple, la digue dentaire qui est un carré de latex mince, se place aisément sur la vulve de la partenaire avant que l’homme ne vienne pratiquer le sexe oral sur elle. Cette digue agit comme une sorte de barrière qui protège les organes génitaux de la femme et la bouche son amant. L’efficacité de cette dernière est avérée contre les infections sexuellement transmissibles. Qui plus est, une large gamme de condoms ainsi que de lubrifiants aromatisés aux parfums comme la banane ou la fraise sont disponibles dans les pharmacies, afin d’optimiser l’expérience du cunnilingus. De plus, on pourrait tout simplement faire usage de moyens pratiques tels que :

L’emploi d’une soie dentaire, à défaut de l’abstention de la pratique du cunnilingus avant et après tout brossage des dents.

Le rinçage de la bouche après un cunnilingus, essentiellement avec de l’eau.

D’un autre côté, il est souvent recommandé de faire régulièrement des dépistages et d’y associer les vaccinations contre l’hépatite A et B, contre le VPH, virus du papillome humain, etc. Ces vaccins sont valables aussi bien pour les hommes que pour les femmes. Le dernier vaccin réduirait les risques de développer plusieurs types de cancer à l’instar du cancer de la gorge et celui de la bouche.

Au demeurant, le cunnilingus est un acte sexuel très agréable pour la femme et tout aussi excitant pour son partenaire. Surtout, si le sexe de la femme est épilé, les performances du partenaire sont décuplées et les émotions garanties. Toutefois, il pourrait constituer un danger pour les personnes qui ont une vie sexuelle très riches en partenaires et par conséquent les exposés à plusieurs infections.