Les préliminaires


Par Carine F.

“L’acte sexuel relève d’un art et ne se résume pas au coït. Affirmation provocatrice ou réaliste ?”


page accueil bien faire l'amour
articles bien faire l'amour à une femme
formations en vidéo bien faire l'amour à une femme
contact  site bien faire l'amour
Les préliminaires


L’acte sexuel relève d’un art et ne se résume pas au coït. Affirmation provocatrice ou réaliste ? Aujourd’hui, il paraît plus qu’évident que s’il y a un instant présent et futur, il existe également un instant antérieur à l’acte sexuel, qui contribue à une vie sexuelle épanouie. Cet instant antérieur à la relation sexuelle, au coït, que l’on nomme préliminaires, représente une partie importante de l’acte sexuel, raison pour laquelle il est de plus en plus mis sur le tapis par bon nombre de sexologues et andrologues.

Comprendre la notion des préliminaires


Lorsqu’on parle de préliminaires, on pense à toute caresse intime qui précède le coït et pourtant, cette appellation est bien trop restrictive. En effet, les préliminaires désignent la phase antérieure, la phase de préparation intime à l’acte sexuel, au coït. Cette phase est faite de caresses intimes, de gestes tendres, de regards enfiévrés, d’échanges… pour amener les deux partenaires à un état avancé d’excitation sexuelle avant la pénétration proprement dite. Pour embraser le feu de la passion dans les corps et le regard, rien ne vaut les préliminaires. Parfois trop pressés, trop gloutons, certains amants passent à côté de cette étape cruciale, de ces jeux de l’amour nécessaires à une relation sexuelle, une vie sexuelle épanouie dans laquelle chacun trouve son compte.

Préliminaires… Késaco ? En général, les préliminaires désignent tous les actes, gestes, touchers et pratiques non pénétratives telles que la masturbation mutuelle, le cunnilingus, les massages érogènes, la fellation, les caresses intimes, l’anulingus, entre autres. Cette phase de « mise en appétit » peut stimuler les cinq sens, s’étaler sur plusieurs heures, voire plusieurs jours, et différer d’une culture à l’autre. Mais cette phase ne se résume pas aux attouchements et prend également en compte le jeu de la séduction, les chuchotements à l’oreille, les regards, l’ambiance, la sensualité, etc.

Le rôle des préliminaires. Bien qu’il soit possible de connaître l’orgasme durant la phase des préliminaires, son but premier est simplement de signifier le désir que l’on a l’un envers l’autre, de créer de l’intimité entre les amants, d’assurer la montée du désir et d’avoir du plaisir sans pour autant atteindre l’orgasme. C’est durant l’acte sexuel que l’atteinte de l’orgasme est prévu. Les préliminaires permettent également aux amants de se découvrir l’un l’autre et peuvent d’ailleurs représenter une partie complètement indépendante de l’acte sexuel. Il n’est pas toujours nécessaire qu’il y ait pénétration après les préliminaires. En outre, grâce aux préliminaires, la femme « beaucoup plus lente à la détente » que l’homme, peut avoir tout son corps érotisé, prêt à l’acte sexuel.

Homme vs Femme. C’est grâce à ces préliminaires que l’homme pourra être en érection, un état d’excitation sexuelle suffisante pour qu’il y ait pénétration. Contrairement aux hommes, les femmes mettent plus de temps pour atteindre une excitation sexuelle suffisante pour faciliter la pénétration de l’homme. Ce n’est que lorsqu’elle est suffisamment excitée que la femme peut avoir une lubrification vaginale qui facilite le coït. Bien que préliminaires riment avec épanouissement sexuel, certains seront moins agréables pour l’un lorsqu’ils le sont pour l’autre, d’où la nécessité de dialoguer sur les préférences de l’un et de l’autre, afin d’apprécier ce moment.

La préparation à l’acte charnel, à la pénétration, doit se faire avec tendresse, passion et complicité. Afin d’échapper à une certaine routine et apporter un peu d’inédit au quotidien, il est primordial de se montrer créatif dans ces jeux de l’amour.

L’importance des préliminaires


L’étape des préliminaires est très importante pour permettre aux amants d’être suffisamment excités pour passer à la pénétration proprement dite. En outre, chez la femme, cette étape de « mise en appétit » lui permet d’accroître son désir, son niveau de plaisir et assurer la lubrification de son vagin afin que la pénétration soit agréable. Plus les préliminaires s’étirent sur la durée, plus la femme a des chances de connaître l’orgasme. Chez l’homme, cette étape est nécessaire pour que son érection soit bien ferme et facilite la pénétration. Par ailleurs, plus les préliminaires sont longs, plus l’homme contrôle mieux son érection et évite les risques d’éjaculation précoce, car l’excitation ne se retrouve pas contenue uniquement à son sexe mais irradie dans tout son corps. Recommandés dans bon nombre de sexothérapies, les préliminaires assurent une vie sexuelle épanouie puisqu’elle permet aux amants de se créer une bulle intime, d’être bien préparés à l’acte sexuel et d’être en parfaite synchronisation. Cette étape est une phase de jeux, de découverte ou (re) découverte, de complicité, d’écoute, d’harmone, d’échanges… durant laquelle les sens sont sollicités, les plaisirs varient d’un partenaire à l’autre.

Pour permettre aux femmes d’éprouver du plaisir durant l’acte sexuel et d’atteindre l’orgasme, les préliminaires sont une étape primordiale. Cependant, contrairement aux idées reçues, les hommes aussi aiment les préliminaires et apprécient tout comme les femmes, d’être stimulés. Bien qu’ils aient la « gâchette » plus sensible, ils apprécient tout autant de se faire caresser leurs différentes zones érogènes du ventre, des fesses, du dos ou du torse. Dans tous les cas, les préliminaires constituent une étape durant laquelle on se découvre et se séduit. C’est également durant cette phase que l’on atteint une confiance réciproque, que l’on s’épanouit sur le plan sexuel, que les corps apprennent à communiquer, que les amants s’isolent dans une bulle en se focalisant uniquement sur leur plaisir… Durant cette période, ils peuvent expérimenter une variété de caresses et de pratiques, accorder leurs violons, prendre leur temps, accélérer le rythme, varier les positons. Les couples qui se connaissent bien peuvent limiter leurs préliminaires à une durée minimale puisqu’ils savent déjà sur quel « bouton » appuyer pour se mettre mutuellement en condition, contrairement à des couples qui se découvrent encore.

L’ensemble des préliminaires se compose d’une variété d’éléments et de pratiques. Parmi les préliminaires, le baiser est un incontournable, puisqu’il est une invitation au désir. S’il peut être chaste, il peut aussi devenir passionné, fougueux. Les caresses sensuelles ou l’art de laisser courir des mains douces sur un corps chaud… sont des préliminaires qui ne laissent pas insensibles. Les caresses et attouchement sexuels sont quant à eux, une véritable invitation à passer à l’acte, car ils ont pour but de stimuler les zones érogènes à l’aide de la bouche, du bout des doigts, du sexe ou même d’objets. Ce sont les stimulations des zones érogènes et la propagation du désir dans tout le corps qui procurent du plaisir et permettent d’atteindre très facilement l’orgasme.

Les préliminaires chez l’homme


Que veulent les hommes ? Telle est la question que se pose les femmes lorsqu’il s’agit de satisfaire leur chéri, leur mâle, leur amant… Ce qu’on peut déjà retenir c’est que les hommes, tout comme les femmes, ne sont pas insensibles aux préliminaires, aux jeux sexuels et aux différents stimuli de leurs partenaires. Si certains ont pour adage « vite fait bien fait » et sont quelque peu rebutés par l’idée de se laisser effleurer les « zones à risque » de leur anatomie, la plupart des hommes sont beaucoup plus enclins à faire durer le plaisir, à le faire varier, à le rendre plus intense.

Les caresses peuvent les rendre tout aussi dingues que les femmes. Effleurements, caresses, peau contre peau… peuvent être très jouissifs. Tout le long de son corps, un homme est truffé de zones érogènes : le lobe de l’oreille, la nuque, les tétons, le creux du coude, le ventre, le dos, entre les cuisses, les testicules (zone très sensible à manipuler avec précaution toutefois), les fesses, l’anus, l’intérieur des genoux… qui varient d’un homme à l’autre et vibrent sous les caresses buccales, de mains douces ou d’objets. L’une des façons de recevoir des caresses buccales est de transformer l’homme en friandise géante sur laquelle on étale tout ce qui fait envie : du miel, du chocolat, de la chantilly

Bien loin des clichés des films X, la fellation fait partie des préliminaires préférés des hommes. D’une partenaire à l’autre, ils apprécient plus ou moins différemment de se faire avaler, suçoter, aspirer, mordiller délicatement, sucer… tout en douceur, mais avec quelques accélérations, quelques variations de rythme. Pour certains d’entre eux, un autre plaisir en prime est de se faire lécher, caresser ou sucer délicatement les testicules. Quelle que soit l’habileté de la partenaire, le plus important pour l’homme c’est que la femme fasse la fellation avec plaisir et non par contrainte

Dans le monde des jeux sexuels, les hommes ont une attirance pour tout ce qui peut désacraliser le sexe… le rendre plus léger, plus osé. Certains jeux ont la palme chez les hommes, comme le fait de se faire attacher ou d’attacher avec des éléments doux, se faire masturber dans un lieu public, recevoir une rapide fellation sur la porte cochère (qui procure une montée d’adrénaline à l’idée d’être surpris), entre autres. Si leur partenaire leur offre un striptease ou joue les commandants de bord en prenant tout en main, cela suffit à certains hommes pour se mettre en condition.

Tous les hommes aiment par-dessus tout aller et venir dans le vagin d’une femme. Bien qu’une multitude de positions sexuelles existent, c’est assurément la levrette qui emporte la palme, parce qu’il s’agit d’une position qui leur permet de mieux aller en profondeur et ressentir le plaisir à son maximum. La montée progressive du plaisir, de l’orgasme est assurée par des mouvements lents, circulaires qui procurent beaucoup de sensations aux hommes.

Les préliminaires chez la femme


Les préliminaires demandent de prendre plus de temps chez la femme que chez l’homme, car l’excitation féminine monte bien plus lentement que celle masculine. L’éternel duel de la tortue et du lièvre… ce qui rend les préliminaires très important durant l’acte sexuel. Les hommes doivent s’y prêter avec soin afin de parvenir à faire grimper leur partenaire au rideau plus facilement durant l’acte sexuel.

La séduction est le premier préliminaire qui permet de mettre la femme en condition. Cette parade amoureuse s’accompagne aussi bien d’un regard enfiévré, d’une gestuelle sensuelle que de mots chuchotés ou murmurés… d’autant plus que les femmes sont très sensibles aux mots, à l’échange verbal avec leur partenaire. Elles ont besoin d’être séduites par des mots doux, des effleurements, des regards charnels, des caresses sur la nuque ou dans les cheveux… Quelques mots gentils ou coquins, un geste tendre ont autant d’effet sur les femmes que des aphrodisiaques. Les caresses, les effleurements, sont autant de façons d’allumer tout doucement sa flamme.

Si l’homme peut sauter sur tout ce qui bouge sans se poser trop de questions, la femme, elle, a besoin de se sentir en confiance et détendue, de sentir qu’elle n’est pas seulement un objet sexuel dont l’homme se sert pour assouvir ses besoins sexuels. Lorsque l’acte sexuel est trop vite fait, le plaisir est très souvent dans un seul sens, car la femme ne peut en profiter.

L’ambiance est tout aussi importante pour susciter le désir sexuel chez la femme. Un bain aux huiles essentielles, des bougies parfumées, une lumière tamisée, une couette recouverte de pétales de rose, un champagne pétillant dans un seau à glace… propices à une ambiance romantique suffisent à stimuler son corps, à éveiller son désir.

Bien que les habitudes en matière de préliminaires dépendant également des cultures, la femme est moins mécanique que l’homme et a besoin de se faire chouchouter, dorloter et caresser. Attention toutefois de caresser beaucoup trop rapidement sur les parties sexuelles. La femme, tout comme l’homme, compte un grand nombre de zones très sensibles sur un corps entièrement érogène. Si les femmes apprécient les caresses avec le bout des doigts, les mains, la bouche, elles ne sont pas non plus réticentes aux caresses faites avec des objets et des textiles doux (foulard de soie, plume de paon, etc.). Pour être la proie des caresses buccales de leur partenaire, elles apprécient tout particulièrement de se faire napper de chocolat, de crème fouettée, de miel ou de jouer de présentoir pour des morceaux de fruits. Laisser glisser des glaçons le long du corps est aussi une façon inédite de provoquer des frissons chez la femme.

Les jeux sexuels ont aussi la palme chez les femmes : les attouchements peau contre peau, les caresses sans les mains, s’adonner à l’amour dans des pièces inédites, l’utilisation de jouets sexuels, le remake de films X ou romantiques, le jeu de rôles, l’utilisation du bandeau, assister au striptease de monsieur…

Comme chez les hommes, les caresses buccales du vagin sont un bon moyen de faire monter en flèche leur désir sexuel, et de réussir les préliminaires.