Orgasme clitoridien et vaginal : quelles différences ?


Par Gildas D.

“Orgasme clitoridien et vaginal : quelles différences ? Voici la question que se pose de nombreux hommes et non pas sans raison. “


page accueil bien faire l'amour
articles bien faire l'amour à une femme
formations en vidéo bien faire l'amour à une femme
contact  site bien faire l'amour
Orgasme clitoridien et vaginal : quelles différences ?

Tel un remake de « L’orgasme pour les nuls », en version un peu plus scientifique, cet article propose un voyage au cœur des deux orgasmes les plus connus chez la femme : le plaisir clitoridien et celui vaginal. De nombreuses thèses s’affrontent à ce sujet, certaines alléguant que le plaisir féminin ne serait pas pluriel, mais multiple. En d’autres mots, la femme peut seulement connaitre plusieurs orgasmes et non plusieurs types d’orgasmes. Une autre thèse parle de la supériorité d’une sensation par rapport à l’autre. Quoi qu’il en soit, le débat est toujours d’actualité et les positions toujours tranchées. Voici néanmoins ce qu’on peut en retenir.

Clitoris VS vagin


Les deux acteurs de cette équation que sont le clitoris et le point G ne peuvent, à priori, pas être confondus ; l’un étant extérieur et proéminent (surtout en phase d’excitation), tandis que l’autre, plus secret est totalement interne. Cependant, ce que l’on prenait pour acquis, a été remis en cause par une découverte scientifique récente selon laquelle le clitoris se prolongerait à l’intérieur du vagin. Autrement dit, la pénétration pourrait aussi stimuler le clitoris (à la racine ?) à travers le vagin. Du coup, on est peu perdu : et le point G dans tout ça ? C’est donc là qu’intervient la théorie selon laquelle le plaisir peut se passer du clitoris dès lors que le point G est efficacement stimulé.

Les différences orgasmiques


En considérant que le plaisir par le clitoris n’est pas le même que celui par le vagin, on peut établir les différences qui suivent :

  • L’orgasme clitoridien vient de la stimulation du clitoris. D’une durée courte, il se manifeste par des spasmes (contractions) faciles à identifier ;
  • L’orgasme vaginal est dû au frottement lié à la pénétration. Il dure plus longtemps et procure une sensation diffuse.

Généralement, les femmes connaissent plus facilement et plus fréquemment l’orgasme clitoridien, ne serait-ce que par la masturbation. Près de deux femmes sur trois n’ont cependant pas la chance de connaitre l’orgasme vaginal. On pourrait considérer que le plaisir clitoridien non seulement révèle, mais amorce également son alter vaginal. Cette séparation théorique qui occupe tant les sexologues semble donc plus abstraite et dépassée qu’autre chose.

La théorie de l’orgasme « supérieur »


Supérieur, meilleur, adulte, mature sont autant d’adjectifs utilisés pour justifier la prétendue primauté du plaisir vaginal sur celui du clitoris. Et cette théorie, nous la devons au père de la psychanalyse qui a rapproché le plaisir clitoridien de la vision de soi observée chez l’enfant ; d’où son immaturité alléguée.
En réalité, aucun orgasme n’est supérieur à l’autre. Il suffit pour s’en convaincre de considérer le fait que chez la même personne, l’intensité de la sensation peut nettement varier selon le niveau d’excitation. S’il en est ainsi, tout orgasme peut donc être mineur ou supérieur en fonction des circonstances et de l’habileté du partenaire.

Un faux débat dans le fond ?


A y voir de plus près, c’est bien de cette façon qu’on aimerait trancher ce débat stérile. Doit-on faire la fine bouche parce que le plaisir vient du clitoris et non du vagin ? Je ne crois pas. Peu importe d’où il vient, tout plaisir est bon à prendre.